Annonce

Accéder au site web du club : www.echecs-issy.fr
Ajouter une image sur le forum : www.echecs-issy.fr/igalerie

#1 28-08-2017 20:33:54

Paul Caresse
Membre

Agen 2017 : l'Eveillé Emmenecker pulvérise le Gambit de "Bouddhapest"

Bonsoir à tous,

P. Emmenecker (2065)-T. Caloone (2162)
R7, championnat de France, Open A
Gambit de Budapest

La famille Emmenecker a brillé à Agen ! Les propos recueillis sont ceux de Philippe Emmenecker (PE) lequel a bien voulu jouer au petit jeu des questions-réponses.

Dans quel état d’esprit notre Isséen a-t-il abordé la rencontre ?
(PE) : « J'étais content de jouer contre cet adversaire car je l'avais déjà rencontré l'année dernière, dans les mêmes circonstances. J'avais gagné, en osant débuter par 1.e4 et en plaçant le douteux Gambit Morphy : 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Fc4 Cf6 5.Cg5 ?! ; Il avait été complètement déstabilisé, la partie s'est terminée par un mat en 29 coups ! Un très bon souvenir pour moi et un cauchemar pour  lui. Une année plus tard, je me doutais bien qu'il voulait sa revanche. Entretemps, il avait progressé au classement en passant de 2029 à 2162. Comme on ne ressert pas 2 fois le même plat et qu'il avait forcément révisé cette ligne, je suis revenu à mon 1.d4 "historique »

1) d4 Cf6 2) c4 e5 !? (le fameux Gambit de Budapest pratiqué récemment par quelques noms comme « Mamed », « Tchouky » Rapport, Naiditsch ou encore Short...essentiellement en blitz, ce qui pose, tout de même, un peu la question de la validité de cette défense, non ?

PE : « Cela m'allait d'autant mieux que j'avais effectivement constaté qu'il pratiquait le gambit Budapest, une ouverture que j'ai plaisir à jouer avec les blancs. J'avais testé plusieurs fois en rapide avec succès une idée originale, le moment était venu de la mettre en pratique en partie lente ! »)

3) dxe5 (le modeste 3) e3 me semble intéressant si quelqu’un souhaite refuser l’offrande, et après exd4 4) exd4 d5, la position retombe dans une défense Française, variante d’échange, où les B ont joué 4) c4 !?, la grande spécialité du GM Letton Miezis) Cg4 (Ce4 !? ou ?!, la variante Fajarowicz, doit avoir ses adeptes...un peu comme dans une secte) 4) Cf3 (4) Ff4 est l’alternative. La fiche Wikipédia est très bien construite donc je vous la propose : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gambit_de_Budapest
- Pour les adeptes des variantes biscornues, je me souviens vaguement de la ligne douteuse 4) Ff4 Fb4+ 5) Cbd2 d6 6) exd6 Df6. Utile en blitz ou pour surprendre son adversaire ou pour améliorer son niveau tactique !
- Et une partie de référence avec 4) Ff4 : http://www.chessgames.com/perl/chessgame?gid=1068955) Fc5 5) e3 Cc6 6) Fe2 Cgxe5 7) Cxe5 Cxe5 8) 0-0 0-0 9) Cc3 (les deux joueurs ont atteint la « Tabyia » de la suite Fc5) a5 ?! (il est curieux et un peu facile de ma part d’attribuer la notation douteuse à cette suite relativement prégnante dans les BDD. 9)...Te8 est plus courant avec, par exemple, la continuation 10) b3 a5 11) Fb2 Ta6 12) Dd5 et le duel théorique bat son plein. Tenter 10) f4 !? est aussi jouable mais la Te8 est alors mieux placée et vise, déjà, le pion en « e3 ») 10) f4 !? (une approche fort intéressante, rare, agressive, et surtout bonne ! 10) b3 Te8 transpose dans la suite susmentionnée ; à première vue,  la suite de Philippe met à mal la ligne 9)...a5?!,

image.php?id=785

PE : « f2-f4 est une idée personnelle. En cherchant dans les bases, j'ai constaté que cela avait déjà été joué quelques fois mais cela n'est pas du tout la suite dominante. On joue plutôt tranquillement b3 en terminant son développement. Cette poussée apparaît comme une provocation. Le pion e3 est affaibli et la diagonale du Fc5 s'ouvre avec le roi g1 en ligne de mire. Cela frise donc l'inconscience ! A y regarder de plus près, la poussée fait néanmoins sens. Le cavalier noir va devoir rejouer une 4ème fois et surtout se replacer sur la 6ème rangée, empêchant les noirs de mobiliser leur tour avec la manœuvre habituelle Ta6-Tg6 ou Th6, une idée familière et standard pour les joueurs du Gambit de Budapest. Ensuite, sur quelle case placer le Cavalier ? En c6, loin du roque ou en g6, une case non stable après 11.f5 !? avec gain de tempo ? Enfin, les perspectives d'attaque sur le roque noir sont prometteuses pour les blancs, même s'il faudra encore mettre les pièces en place. D'un point de vue psychologique, il est rare que les noirs se fassent agresser de la sorte dès l'ouverture, d'habitude ce sont eux qui passent à l'attaque. Pas agréable de subir une telle pression dès les premiers coups. » ) Cg6 ?! (Cc6 limitait la casse mais n’empêchait cependant pas l’idée blanche : 11) f5 !? -une nouveauté au passage- Te8 12) f6 et si Fxe3+ ? 13) Fxe3 Txe3 14) Cd5 ! Te5 15) fxg7 et l’attaque blanche est déjà décisive ; 12)...g6 ! ∞) 11) f5 ! Ce5 12) f6 gxf6 (d6 13) Ce4 ! ±) 13) Rh1 !? (un coup prophylactique utile mais pas obligatoire. Cd5 ! Fe7 14) De1 ! Avec l’idée Dh4 conservait un clair avantage) f5 ? (pratiquement, la défense est très difficile -les B ayant différents plans possibles et des pièces qui ne demandent qu’à se réveiller, « too much » pour un cerveau humain- et les N désirent logiquement se libérer. Mais c’est le saut du Cavalier en « d5 » qu’il fallait empêcher par c6 !, par exemple 14) Ce4 Fe7 ! ou 14) e4 d6 et les N tiennent) 14) e4 ! Cg4 ? (l’erreur décisive dans une position plus que compromise. Rh8 15) exf5 f6 16) Ce4 ± n’était pas joyeux mais c’était la seule continuation pour tenir) 15) Fxg4 fxg4 16) Dxg4+ Rh8 17) Dh5 Fd4 18) e5 !? (efficace et esthétique ! J’aime beaucoup ce coup. Apparemment, Tf4 ! était encore plus fort avec l’idée Th4 et il n’existe pas de défense) f6 19) Fh6 Tg8 20) Txf6 ?! (le coup du texte est toujours gagnant mais exf6 ! Avec l’idée f7 forçait l’abandon immédiatement. Si Fxf6 alors 21) Cd5 Ta6 [Fxb2 22) Tf7 ! +-] 22) Tae1 ! Td6 [Fg5 23) Fg7+ !! Txg7 24) Te8+ +-] 23) Cxf6 Txf6 24) De5 ! +-. De belles lignes !) Ta6 ? (accélère la chute d6 21) Ce4 Fxe5 22) Tf7 +-) 21) Tf7 ! De8 (Tgg6 22) Txh7+ Rxh7 23) Fg5+ +-) 22) Ff8 h6 23) Th7+ Rxh7 24) Dxe8 Ta8 25) Df7+ Rh8 26) Df6+ et le mat approche 1-0.

Questions complémentaires :

Pourquoi ne pas avoir pris le perpétuel contre le fils Bacrot à la R8 ?
(PE) : « j'ai effectivement la possibilité de prendre la répétition avec la manœuvre Fc3/Fd2 et Df6/Dg5. Cruel dilemme ? Prendre la nulle ou poursuivre ? D'un point de vue objectif, c'était la décision à prendre et dans un autre contexte, j'aurais pris cette décision. J'y ai songé pendant la partie et ai finalement renoncé. Visuellement, la position blanche offre des perspectives mais aucune suite concrète ne vient étayer ce sentiment, ce que confirme d'ailleurs l'ordinateur. Alors pourquoi continuer ? Avec 5,5/7, le gain dans la 8ème ronde m'offrait la possibilité de jouer pour le titre lors de l'ultime ronde. Mon objectif initial dans le tournoi était de récupérer les points Elo perdus au championnat de Paris et de retrouver de bonnes sensations sur l'échiquier. A l'issue de la ronde 7, je savais que ces objectifs étaient atteints. Mon nouvel objectif était donc devenu le titre dans l'open A, une occasion qui ne se présente pas si souvent dans la carrière d'un joueur. J'ai donc décidé de poursuivre la partie ... »

Son approche des parties lorsqu’il rencontre des « espoirs »
(PE) : « une partie reste une partie, peu importe l'adversaire, je joue pour gagner ! A titre personnel, j'apprécie toutefois de jouer contre des jeunes joueurs. Certes, ils sont en pleine progression, jouent régulièrement le championnat de France en étant très bien classés, donc ce sont a priori des adversaires dangereux. Toutefois, leur progression rapide mérite souvent d'être stabilisée et beaucoup d'aspects de leur jeu sont encore un peu "tendres". C'est effectivement l'acquis de l'expérience qu'ils n'ont pas. En résumé, je préfère jouer un jeune classé 2150 qu'un adulte expérimenté à 2150. Je sais que des occasions se présenteront dans la partie, notamment du fait de lacunes dans le jeu positionnel ou en finales. C'est en tout cas ce que j'ai pu observé. Certaines ouvertures sont aussi traitées de façon approximative. Contre Bacrot par exemple, en tant que joueur d'italienne avec les noirs, il m'a avoué après la partie ne pas savoir quoi jouer sur le Gambit Evans. Il a perdu beaucoup de temps dans l'ouverture. Il a réussi malgré tout à s'en sortir et le mérite lui en revient".

Comment appréhendes-tu ton rôle de coach auprès de Pierre-Antoine ?
(PE) : "il faut faire la distinction entre la période du tournoi et hors tournoi. Nous essayons de nous entraîner régulièrement (1 fois par semaine pendant 2h) autant que possible. L'évaluation d'une position, les finales, les ouvertures, la gestion d'une partie et du temps, l'étude de parties de GMI mais aussi de joueurs moins forts, tout y passe. Je lui donne des exercices sur diagrammes à résoudre, de la tactique mais aussi des coups purement positionnels à trouver. 
Pendant le tournoi, une discussion rapide sur l'ouverture probable et la ou les suites à réviser. En cas d'ouverture non étudiée ou de suite plus rare jouée par l'adversaire, j'essaye de lui préparer une réponse adaptée en fonction de son style. Pour l'aspect motivation, j'interviens peu car Pierre-Antoine a naturellement un esprit de compétiteur très développé".

Bien à vous et bonne semaine
PC

Dernière modification par Paul Caresse (28-08-2017 23:22:54)


"I was unlucky, like my country"

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

[ Générées en 0.015 secondes, 8 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 468.34 Kio (pic d'utilisation : 829.73 Kio) ]